Sélection de la langue

Recherche

Protégez votre entreprise contre les fraudes — À quoi les entreprises canadiennes devraient faire attention

La meilleure façon de protéger votre entreprise contre les fraudes est que vos employés et vous soyez vigilants et informés. Familiarisez-vous avec les différents types d’arnaques et signalez toujours les cas de fraude à la police, au Centre antifraude du Canada ou au Bureau de la concurrence.

Les fraudeurs ont recours à des connaissances et des techniques éprouvées. Ils savent exactement comment s’y prendre pour faire appel aux émotions et à nos valeurs communes. Ils comptent particulièrement sur notre tendance à croire ce que l’on voit, à réagir aux menaces par la peur et à se laisser leurrer parce que l’on ne connaît pas leurs trucs. Pour contrecarrer ces tendances, vous devez :

Vous trouverez ci-dessous une description des techniques les plus couramment utilisées par les fraudeurs pour amener leurs victimes à tomber dans le panneau. En vous familiarisant avec ces techniques, vous et vos employés serez mieux outillés pour poser les bonnes questions la prochaine fois que vous recevrez un appel, un courriel ou un texto non sollicité.

L’urgence

Selon cette méthode de pression, le fraudeur offre un tarif réduit spécial et insinue souvent qu’il s’agit d’une occasion « unique » ou « d’une durée limitée » qu’il est le seul à pouvoir offrir afin de vous inciter à payer immédiatement. Le scénario qui crée un sentiment d’urgence comprend généralement une variante des phrases suivantes : « je suis heureux d’avoir pu vous contacter aujourd’hui », « cette offre se termine demain » ou « je peux vous offrir ce tarif aujourd’hui, mais je ne peux pas vous garantir qu’il sera offert plus tard », et ainsi de suite.

Les noms de confiance

Selon cette méthode, le fraudeur commence par vous donner leur nom de famille ou leur prénom (le plus souvent inventés) afin de créer un climat de confiance et de familiarité. Il prétend ensuite représenter une entreprise au nom impressionnant qui lui donne un air d’envergure nationale ou même internationale. Allié à l’impression d’avoir échangé des informations personnelles, ce nom d’entreprise intimidant a souvent pour effet de pousser la victime à mettre entièrement de côté son réflexe de prudence initial.

L’autorité

Parce qu’elle consiste à emprunter la crédibilité d’une autre source, le recours à l’autorité peut s’avérer extrêmement convaincant. Voici quelques exemples de phrases faisant partie d’un scénario d’appel à l’autorité : « nous sommes le fournisseur officiel du gouvernement pour... », « la loi vous oblige à vous procurer... », « les dirigeants de notre entreprise possèdent une maîtrise en administration des affaires et plus de 12 années d’expérience dans le domaine... » et ainsi de suite.

La réciprocité

L’appel à la réciprocité consiste à offrir une récompense, un prix spécial ou tout autre avantage pour obtenir que vous envoyiez votre argent ou confirmiez une commande. Le scénario de l’appel à la réciprocité suit en général le schéma suivant : « Nous vous donnerons (ceci) à condition que vous nous donniez (cela) ».

Le pied dans la porte

La technique du « pied dans la porte » consiste à vous amener à accepter de faire un petit achat, puis à vous surprendre plus tard avec des engagements plus importants. Vous pourriez par exemple accepter une boîte de papier gratuite pour découvrir après coup que, ce faisant, vous vous êtes abonné à un envoi mensuel de papier.

La meilleure offre

Cette technique consiste à vous offrir quelque chose à prix fort en comptant sur le fait que vous allez protester. Lorsqu’on vous offre ensuite un choix moins cher, ce dernier vous semble tellement plus raisonnable que vous ne prenez pas le temps de vous demander si c’est vraiment une si bonne affaire. Vous pourriez croire que vous avez réalisé une aubaine, puis réaliser, trop tard, que vous vous êtes fait avoir.

Le rappel d’une affirmation initiale

Au début de l’interaction, le fraudeur vous pose une question comme : « Aimez-vous économiser de l’argent? » Il retournera ensuite votre réponse contre vous pour vous pousser à acheter quelque chose en disant, par exemple : « Mais vous m’avez dit que vous aimez faire des économies! »

La glorification

Selon cette méthode, le fraudeur vous attribue un rôle social désirable et respecté dans l’espoir que votre ego cherchera à lui donner raison. Le scénario de cette méthode peut comprendre des phrases comme : « Comme vous jouez un rôle important votre organisme, vous devriez savoir que... », « Êtes-vous le responsable? » ou « Il me semble que vous avez l’autorité nécessaire pour accepter cette offre dès maintenant. »

Le professionnalisme

Cette méthode consiste à profiter de votre sentiment d’intégrité. Si vous lui dites que vous n’êtes pas certain d’avoir passé cette commande, le fraudeur vous affirme que oui, citant le moment exact où s’est déroulée la conversation pendant laquelle elle a été effectuée. Ces renseignements sont si précis, et communiqués de manière si professionnelle et avec un tel niveau de confiance, qu’il s’avère difficile de protester sans avoir l’air de revenir sur une parole donnée. Le scénario de l’appel au professionnalisme peut comprendre des phrases comme : « Mes dossiers indiquent que je vous ai appelé (tel jour) à (telle heure) pour confirmer le montant. Si cette commande vous pose un problème, je peux vous envoyer ma carte professionnelle. »

La méthode de paiement impossible à retracer

Les fraudeurs demandent souvent des paiements par virement électronique, carte-cadeau, Bitcoin et autres cryptomonnaies ou monnaies numériques. Il s’agit essentiellement de toutes les méthodes de paiement qui sont pratiquement impossibles à retracer. Les Bitcoins sont particulièrement difficiles à retracer, étant donné qu’ils sont échangés avec une personne en ligne sur votre téléphone ou votre ordinateur, sans passer par un intermédiaire sécuritaire, comme une banque.

Lectures complémentaires

Date de modification :