Le Bureau de la concurrence demande à bloquer une coentreprise entre Air Canada et United Continental

Ottawa, le 27 juin 2011 — La commissaire de la concurrence a présenté aujourd'hui une demande au Tribunal de la concurrence visant à interdire un projet de coentreprise entre Air Canada et United Continental Holdings Inc. Si elle est autorisée, la coentreprise détiendra le monopole sur dix liaisons aériennes importantes entre le Canada et les États-Unis et diminuera sensiblement la concurrence sur neuf autres liaisons, ce qui occasionnera une augmentation des tarifs pour les consommateurs et une réduction du choix qui leur est offert sur de grandes liaisons transfrontalières.

« La coentreprise proposée permettrait à Air Canada et à United Continental d'agir et d'établir les prix comme si elles ne formaient qu'une seule compagnie aérienne », a indiqué Melanie Aitken, commissaire de la concurrence. « Si on permet au projet de coentreprise d'aller de l'avant, les consommateurs verront les tarifs augmenter et le choix offert diminuer encore davantage sur de grandes liaisons aériennes à forte affluence destinées au transport de passagers. »

La coentreprise proposée équivaut en réalité à une fusion entre Air Canada et United Continental portant sur toutes leurs activités au Canada et aux États-Unis. Elle permettrait aux parties d'établir conjointement les tarifs, la capacité et les horaires. Si elle est autorisée, elle donnera lieu à :

  • un monopole sur dix liaisons transfrontalières;
  • une diminution sensible de la concurrence sur neuf autres liaisons transfrontalières;
  • une augmentation appréciable des tarifs.

Outre la contestation à l'égard de la coentreprise, la commissaire conteste trois « accords de coordination » existants entre Air Canada et United Continental. Ces accords permettent à Air Canada et à United Continental de coordonner des aspects clés de la concurrence, notamment l'établissement des tarifs et des horaires en commun de même que le partage des revenus. Grâce à ces accords existants, les compagnies aériennes ont actuellement le pouvoir de gonfler les tarifs qu'elles imposent aux passagers. De plus, si ces dispositions anticoncurrentielles sont mises en œuvre de manière plus poussée, avec ou sans la coentreprise, les Canadiens devront payer encore davantage pour un choix moindre et des tarifs majorés.

« Les accords actuellement en vigueur entre Air Canada et United Continental permettent déjà aux compagnies aériennes de pratiquer des tarifs supérieurs aux tarifs concurrentiels sur l'ensemble des 19 grandes liaisons transfrontalières, une situation qui constitue à elle seule une violation de la Loi », a ajouté Mme Aitken. « Et comme si cela ne suffisait pas, elles veulent maintenant fusionner intégralement leurs activités. »

Pour obtenir des précisions au sujet de la demande présentée par le Bureau, veuillez consulter le précis d'information. La demande du Bureau sera publiée sous peu sur le site Web du Tribunal de la concurrence.

Le Bureau de la concurrence, en tant qu'organisme d'application de la loi indépendant, veille à ce que les entreprises et les consommateurs canadiens prospèrent dans un marché concurrentiel et innovateur.


Renseignements à l'intention des médias :
Relations avec les médias
Téléphone : 819-994-5945
Courriel : media@bc-cb.gc.ca

Renseignements généraux :
Centre des renseignements
Bureau de la concurrence
Téléphone : 819-997-4282
Sans frais : 1-800-348-5358
ATS (malentendants) : 1-800-642-3844
www.bureaudelaconcurrence.gc.ca
Demande de renseignements/Formulaire de plainte

Partagez cette page

Pour faire connaître cette page, cliquez sur le réseau social de votre choix :
  • Plus

Aucun appui n'est accordé, soit de façon expresse ou tacite, à aucun produit ou service.